Avr 19

Bientôt des emballages à eau comestibles.

 

Bientôt des emballages à eau comestibles.

 

By Amzath Fassassi
Un groupe d’étudiants de l’Imperial College de Londres ont mis au point un système d’emballage de l’eau qui devrait remplacer d’ici à un an les emballages classiques en plastique, contribuant ainsi à la protection de l’environnement.
Ooho a ceci d’innovant qu’il est fabriqué à partir de matériaux naturels extraits de plantes et d’algues, à faible impact environnemental ; de par sa structure et sa composition, l’emballage est comestible, contrairement aux bouteilles en plastique utilisées dans les marchés.
Ooho possède une double membrane gélatineuse et est fabriqué à l’aide d’un mélange d’alginate de sodium, d’extraits d’algues brunes et de chlorure de calcium.
Pour le mettre au point, les étudiants de l’Imperial College ont ajouté à une boule d’eau gelée une couche gélatineuse en la plongeant dans une solution de chlorure de calcium.
Ils ont ensuite trempé la boule dans une autre solution fabriquée à partir d’extraits d’algues brunes pour encapsuler la glace dans une deuxième membrane et renforcer la structure.

Des étiquettes d’emballage peuvent être ajoutées à Ooho, entre les deux couches, sans adhésif, et sont également comestibles, si elles sont fabriquées à partir de papier de riz, par exemple.

L’équipe a créé des milliers de prototypes avant de les perfectionner au fil du temps.

Skipping Rocks Lab, la startup chargée du développement d’Ooho, est financée par Climate-KIC, le plus grand partenariat public-privé d’Europe axé sur l’innovation pour l’adaptation aux changements climatiques.
Sous la supervision de trois enseignants du London Imperial College, qui agissent comme conseillers scientifiques, les 7 étudiants de l’équipe Ooho (Natalie Uhlikova, Elizabeth Ellison, Oluwanifemi Alonge, Connor Townsend, Zimen Makwan, Kelvin Wong et Nishobika Sivakumaran), ont développé divers prototypes à partir de techniques de fabrication variables, avec à la clé une gamme de produits possédant des propriétés différentes.
Rodrigo Garcia Gonzalez, co-fondateur de Skipping Rocks Lab, a expliqué à la presse que sept litres d’eau et 152 centilitres d’huile sont nécessaires pour produire une bouteille d’eau ; celle-ci se décompose au bout de 700 ans et les 20% de bouteilles recyclées à l’échelle mondiale requièrent de l’énergie pour être transformées.
L’inventeur fait aussi remarquer que la consommation de bouteilles en plastique augmente d’environ 10% par an depuis 1976 et les Américains consomment en moyenne 140 bouteilles par personne et par an.
Il s’ensuit que régler la question des emballages plastiques des bouteilles d’eau minérale constituerait une énorme contribution à la protection de l’environnement.
C’est ce qui a motivé Rodrigo et ses camarades à se lancer dans cette aventure, qui devrait aboutir, d’ici à fin 2018, à une commercialisation à grande échelle.
Les jeunes inventeurs cherchent à lever £400.000 – environ 3 milliards de Francs CFA -, à partir du site de financement communautaire crowdcube.
Ils affichent sur leur site Internet une double ambition : empêcher 1 milliard de bouteilles en plastique d’échouer dans les océans chaque année et contribuer à la réduction des émissions de carbone à hauteur de 300 millions de kilogrammes.
Les concepteurs d’Ooho veulent également créer, de manière générale, des alternatives sans gaspillage aux bouteilles en plastique, aux tasses et aux assiettes fabriquées à partir de matériaux non-recyclables.

 

This article was originally published on SciDev.Net. Read the original article.

 

Lien Permanent pour cet article : https://bakriassoumani.com/bientot-des-emballages-a-eau-comestibles/